« Eeemmm-me-neeez moi au bout de la Terre… »

Corse
Source : They Draw and Travel. Artiste : L’esstudi

Il y a un mois de ça, en lisant mon magazine préféré (Flow magazine), je suis tombé sur un article qui m’a immédiatement conquise, moi la voyageuse-rêveuse (qui se voudrait aussi artiste, mais nous ne sommes pas tous égaux devant le talent malheureusement). Il était intitulé « Dessine-moi une ville » et présentait une tendance qui s’épanouit en ce moment : la cartographie subjective (ça c’est un terme que j’ai inventé, je ne sais pas si d’autre l’utilisent).

De quoi s’agit-il?

L’idée, c’est que les récents descendants des cartes routières et des plans de ville, les GPS, nous proposent des itinéraires optimisés qui nous font gagner du temps (et, soyons francs, de l’énervement) mais nous privent du plaisir de la sérendipité (= découvrir quelque chose qu’on ne cherchait pas en cherchant autre chose). Qui n’a jamais rêvé devant une carte en préparant son itinéraire? Qui, s’étant perdu dans une ville inconnue, n’a jamais eu le plaisir de découvrir au détour d’une rue quelque chose de beau ou de charmant? Un petit parc fleuri, une pâtisserie qui embaume, un monument impressionnant… Toutes ces choses qui sont l’ADN de la ville, l’apanage de ceux qui la connaissent bien… Et qui font qu’on l’aime, la trouve belle ou agréable à vivre.

Eh bien c’est précisément ce que se propose de mettre en relief la cartographie subjective . Partant du principe qu’au retour d’un voyage, la carte ou le plan utilisés sont autant de souvenirs (<<là où c’est gribouillé, c’est l’hôtel qu’on en avait marre de toujours chercher trois heures parce que c’était écrit trop petit>>), les artistes dessinent des plans de ville ou carrément des cartes de pays entiers magnifiques et mettant en avant les beaux bâtiments, de petits conseils écrits dans la marge ou des échoppes qu’ils aiment. Le but est de raconter une histoire, de mettre ses souvenirs en avant et le ressenti qu’on a d’une ville en termes de couleurs, de lumière, de vie…

« Viens avec moi »

map18
April Brantner – Carte du Safari du cratère de Ngorongoro en Tanzanie.

Le blog They Draw and Travel propose nombre de ces merveilleuses cartes réalisés par de nombreux illustrateurs et vous fait voyager devant votre écran. Il suffit de taper le nom de votre destination dans le moteur de recherche et vous y êtes déjà, qui plus outre (oui, « qui plus outre ») en compagnie d’un ami qui vous montre ce qu’il faut absolument visiter : où trouver les meilleurs pasteis de nata de Lisbonne, la topographie (subjective) des lieux, une façade Art Nouveau…

Map_for_Assemblage_Artists_Looking_for_Found_Objects__Inspiration___Food_In_Santa_Fe__New_Mexico__16.667'w_by_6.25'_high__Deedee_Hampton
Carte de Santa Fe – Artiste : Deedee Hampton. Elle est destinée aux artistes cherchant du matériel ou de la bonne nourriture dans la ville 😀

Mais il existe d’autres endroits sur l’Internet mondial où satisfaire votre vile passion pour le voyage à peu de frais (vils coquinous).

Le blog Maps and the city (déjà, mention spéciale pour le nom qui me fait glousser comme une dinde) a été créé par Marleen Smit, passionnée de carte et auteure d’un mémoire sur les cartes satyriques (on s’est pas tous autant éclatés dans nos études). Elle y partage tout ce qui a trait au design et aux projets artistiques autour des cartes, anciennes et récentes, et c’est assez sympa.

Dans un autre style, je vous encourage vivement à aller voir le travail d’Olaf Hajek sur son site dont une partie est consacrée aux cartes qu’il dessine.

Fantasio-Drawing-1800x1200
Jan Rothuizen – Fantasio

Enfin, Jan Rothuizen a publié Soft Atlas of Amsterdam (qu’on peut en partie feuilleter en ligne). Il y présente des plans calligraphiés (en noir et blanc) que je trouve complètement géniaux. Entre le carnet de voyage et le journal intime. Il dessine des lieux puis annote ses dessins d’anecdotes, de faits, de commentaires personnels. J’ADORE!

Ce que nous racontent ces cartes

auchbettercolors
Une préférence maximum pour cette carte de la ville d’Auch dans le Gers (chez moi ❤ ) dessinée par Kate Chanba. Source : They Draw and Travel

Elles ont toutes en commun de nous offrir une vision du monde personnelle, le reflet à un instant T du ressenti d’un artiste, d’un voyage en particulier. Elles ont toutes en commun d’être la façon de l’artiste de vous dire « Viens avec moi« . Par exemple, la carte d’Auch ci-dessus raconte l’année que l’artiste a passé en tant qu’assistante de langue dans le Gers.

Pour nous qui sommes coincés là où nous sommes, bloqués chez nous par les réalités de la vie (#portemonnaie 😉 ) il s’agit d’une merveilleuse et inspirante façon de voyager . On peut les compiler en attendant le prochain départ, la prochaine destination et s’en servir une fois sur place.

Je rêve personnellement de comparer la réalité avec l’œuvre, de suivre un artiste là où il aura voulu m’emmener en lisant son plan. J’aimerai aussi, un jour, dessiner ma propre carte. Je me demande si c’est faisable sur papier?

J’espère vous avoir fait voyager aujourd’hui. Allez, je vous laisse, je dois aller en Italie, à Barcelone et à Buenos Aires!

Publicités

4 réflexions sur “« Eeemmm-me-neeez moi au bout de la Terre… »

  1. Alors vraiment, tu adoreras le travail de François Place et ses « atlas des géographes d’Orbae » (en 3 volumes et chez Gallimard je crois).
    Regarde l’album « Cartes » aux éditions Rue du Monde…
    J’adore les géographies imaginaires.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s